Cadre à temps partiel.

J'ai deux fils âgés de six et neuf ans et je travaille en tant que cadre à temps partiel. Cela requiert une bonne dose de planification et de capacités d'organisation. Heureusement, les grands-parents de mes enfants n'habitent pas loin et m'aident à m'occuper de mes enfants. Cependant, ma famille, moi-même et mon employeur devons être disposés à faire preuve de flexibilité dans la gestion des imprévus.

C'est le cas chez RKW. Mon responsable s'efforce, dans la mesure du possible, de planifier les rendez-vous pendant mon temps de travail et, en dehors, de faire appel à moi uniquement en cas d'urgence. Pour moi, cette prévenance est une forme de respect. En contrepartie, je fais moi-même preuve de flexibilité, par exemple lorsqu'il nous faut respecter des échéances, assister à des réunions prolongées ou partir en voyage d'affaires. Je m'organise ensuite pour faire garder les enfants en conséquence et pouvoir passer plus de temps au bureau. C'est là qu'interviennent les grands-parents ou une amie qui a aussi un enfant et que j'aide également en cas d'urgence. La plupart du temps je parviens à m'organiser, cependant il faut parfois trouver un plan B rapidement.

Autre point important, la notion de délégation. Je travaille au sein d'une très bonne équipe qui parvient à gérer les affaires courantes y compris en mon absence. Mes collègues sont expérimentés et savent jusqu'où ils peuvent aller et dans quels cas ils doivent me consulter. C'est pourquoi ils peuvent me joindre par téléphone y compris en dehors de mon temps de travail. C'est précisément dans ces cas-là qu'il faut recourir à un plan B. Pour les problèmes moins urgents, il leur suffit de m'envoyer un e-mail. Je m'en occupe alors le soir, lorsque les enfants sont couchés, ou le lendemain au bureau.

Je pense qu'il n'est pas nécessaire de passer 70 heures à travailler chaque semaine pour réussir, mais plutôt d'être efficace et d'accomplir beaucoup de choses pendant son temps de travail. Pour moi, la réussite signifie également consacrer son temps à des choses qui sont vraiment importantes, dans la vie professionnelle comme dans la vie privée. Cela implique aussi de prendre du plaisir dans ce que l'on fait.

Un exemple à suivre

Dans de nombreuses entreprises, on ne trouve que très peu de postes de cadres à temps partiel. Même chez RKW, les « parents à temps partiel » sont relativement rares. Dans la mesure du possible, j'essaie de mettre en place des systèmes adaptés pour d'autres parents.

Ça ira !

À l'origine, mon poste aussi était conçu comme un poste à temps plein. RKW recherchait un responsable commercial pour prendre en charge le contrôle de gestion, les finances et le personnel. J'ai tout de même postulé en proposant de séparer les finances et le contrôle de gestion du personnel et de confier ces tâches à deux personnes. Au début, RKW a refusé cette proposition qui était jugée irréalisable. Mais quelque temps plus tard, ils ont réalisé les avantages d'un tel système. Nous nous sommes rencontrés lors de l'entretien d'embauche et j'ai été engagée en tant que directrice du personnel à temps partiel.

Un travail acharné plutôt qu'un titre pompeux.

Chez RKW, les cadres ne se définissent pas exclusivement grâce à des titres très compliqués. Je suis heureuse que tout ne repose pas sur des titres pompeux ici. Le titre des personnes ne reflète pas leur réussite. Ce qui compte davantage, c'est ce que l'on peut accomplir et le fait que l'on nous confie des tâches intéressantes qui nous permettent de nous investir et d'évoluer. Nous avons besoin de personnes volontaires, qui souhaitent faire avancer les choses et prennent plaisir à travailler sans être obnubilées par leur titre.

Nous travaillons sur un site de production. La plupart du temps, la communication y est très directe. En tant que femme, il faut faire preuve d'assurance. Cependant, la plupart des conflits peuvent être résolus facilement par la médiation et le dialogue. Les congés paternité font partie des problèmes récurrents. La plupart ont lieu au printemps et en été. Lorsqu'un jeune père s'absente de l'usine pendant deux mois, il nous est difficile de compenser ce déficit. Ici encore, nous parvenons souvent à un compromis : un mois au moment de la naissance et le second plus tard, à l'automne ou en hiver.